lundi 12 février 2018

"Entraîner l’humanité vers l’avant " par Matthieu Ricard

Maria Shriver : De quelle façon la compassion peut-elle changer le monde d’aujourd’hui, selon vous ? Est-ce que nous en avons besoin plus que jamais ?

Matthieu Ricard : L’un des problèmes principaux à notre époque est de réconcilier les exigences de l’économie, la recherche du bonheur et le respect de l’environnement. Ces impératifs correspondent en fait à trois échelles de temps : court, moyen et long terme.

La compassion - l’intention d’éliminer la souffrance d’autrui ainsi que ses causes - si on l’associe à l’altruisme, c’est à dire au souhait d’apporter du bien-être aux autres, est le seul concept unificateur qui nous permette de trouver notre voie au sein de ces préoccupations si complexes. Si nous avons plus de considération pour les autres, nous avancerons vers une économie qui prend soin d’autrui. Nous aurons le souci d’améliorer les conditions de travail, la vie familiale et sociale ainsi que beaucoup d’autres aspects de notre existence, et nous nous sentirons concernés par le sort des générations futures.

Pour que les choses changent vraiment, osons adopter l’altruisme ! J’ose dire que l’altruisme véritable existe, qu’il peut être cultivé par chacun d’entre nous et que l’évolution des cultures peut favoriser son expansion. Il pourrait être enseigné à l’école, comme un outil précieux susceptible d’aider les enfants à développer leur capacité naturelle à la gentillesse et à la coopération. L’économie ne peut pas se contenter d’écouter seulement la voie de la rationalité et de l’intérêt personnel, elle doit aussi écouter celle du souci de l’autre et la donner à entendre. Osons prendre sérieusement en compte le sort des générations futures et changer notre façon d’exploiter la planète aujourd’hui, car ce sera celle qu’elles habiteront demain ! J’ose dire que l’altruisme n’est pas un luxe mais une nécessité !


Maria Shriver : Votre livre Plaidoyer pour les animaux déclare que la compassion pour tous les êtres est une obligation morale. Comment le fait de ressentir cette compassion améliore-t-il les relations d’un individu avec les autres et avec le monde qui l’entoure ?


Pour lire la suite, cliquez ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire