lundi 28 août 2017

"Le Chant des Louanges au Bouddha Amitabha" par Thich Nhat Hanh

Nous n'avons aucune difficulté à accepter que le soleil est une merveilleuse réalité. Il est une une source de vie. Sans soleil, la planète Terre ne pourrait pas survivre. Si nous appelons la planète Terre comme la mère de toutes les espèces, alors nous devons appeler le soleil comme le père de toutes les espèces. Sans père, la mère ne peut pas donner naissance aux enfants, et sans mère, il n'y aurait pas le père. Nous avons besoin du soleil et de la planète afin de nous manifester. Et nous pouvons inviter les non-bouddhistes à accepter ce qui est dans ce chant.


Chant des louanges au Bouddha Amitabha :


Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha à la lumière illimitée
Qui éclaire majestueusement les milliers de mondes.
Aujourd’hui, nous avons la chance
D’entendre votre appel merveilleux, cher Père compatissant.


Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha, Roi du Nectar du Dharma.
Vous vous manifestez en Grand Soleil éblouissant.
Vous nous montrez le chemin,
A nous, la lignée du Soleil.


Notre vraie demeure est la Terre.
Notre Mère aimante est la planète bleue,
Avec l’amour comme orbite,
Elle pratique la méditation marchée dans le système solaire.


La lumière dont vous rayonnez, cher Bouddha,
A donné naissance à tant d’espèces.
Partout où se trouve la vie,
Le Bouddha Grand Soleil est là, présent.


La lumière que vous diffusez, cher Bouddha,
Est une source de nourriture pour toutes les espèces.
Si nous pouvons voir notre chemin d’aller et de retour,
C’est grâce au soleil qui brille à tout moment.


Cher Bouddha à la lumière illimitée,
Votre énergie a engendré les nuages argentés,
La lune dorée, les montagnes hautes et les grandes rivières
Coulant et formant les quatre océans bleues et limpides.


Cher Bouddha à la lumière illimitée,
Votre énergie a engendré les saules verts et les fleurs de pêchers roses.
Elle éclôt en fleurs jaunes et en bambous violets.
Elle révèle toutes les merveilles du corps du Dharma.


Vous avez soulevé la Terre dans vos mains aimantes
Et l’avez transformée en terre pure et paisible
Où se rassemblent tous les nobles êtres
Pour bâtir les nobles Sanghas.


La nature du Bouddha ne se différencie pas du sud au nord.
La Terre Pure ne se limite pas à l’est ou à l’ouest.
Avec compassion, le Bouddha Shakyamuni nous a enseigné
Que la Terre Pure est ici et maintenant.


Nous faisons le voeu de marcher sur la terre de la réalité,
D’être conscients de notre propre corps,
De toucher la Terre avec chaque pas que nous faisons
Et de voir ses merveilles à chaque instant.


Réalisant que la nature des choses
Est la non-naissance et la non-mort, le sans venir et le sans partir,
Nous déchirons les voiles des doutes en tous lieux et allumons la torche de la sagesse
Pour éclairer tous les chemins à chaque instant.


Reconnaissant la Terre Pure dans le monde de la souffrance
Et l’éveil dans les afflictions,
Touchant le nirvana dans le monde des naissances et des morts,
Nous franchissons la rive de la confusion et parvenons à celle de la libération.


Chaque pas posé sur toi, notre chère Mère la Terre,
Nous permet d’entrer en contact avec notre Père Soleil.
Chaque pas fait dans la paix, la joie et le bonheur
Fait éclore de ton sein des milliers de fleurs.


Le nectar du Dharma merveilleux est apparu.
Le nectar du Dharma merveilleux s’est manifesté.
Le ciel victorieux est revenu
Alors que le nectar du Dharma fait sa marche héroïque.


Comme la Terre Pure du moment présent est merveilleuse !
Elle est aussi réelle que le ciel bleu et le nuage blanc.
Tous les bouddhas dans les dix directions
L’ont déjà certifiée et l’ont louée en chœur.


Avec notre corps, nos paroles et notre esprit purifiés,
Nous faisons le vœu de bâtir ce monde pur et paisible,
De former les bodhisattvas qui deviendront les bouddhas,
Et de mettre fin à la guerre.


Nous faisons le vœu de nous établir paisiblement dans la pleine conscience,
De protéger de tout cœur notre belle planète,
De bâtir et de fortifier notre Sangha
Et avec vous, cher Bouddha, de servir tous les êtres.


Nous sommes déterminés à regarder profondément
Pour voir la nature de la co-production conditionnée de toutes choses,
Et pour réaliser la non-apparence,
À nous libérer des désignations conventionnelles.


Pour toucher la réalité des choses,
Réaliser la non-naissance et la non-mort,
Surmonter l’angoisse
Et pour vivre vraiment en paix.


Cher Bouddha, soyez témoin de notre aspiration sincère.
Entourez-nous et protégez-nous
De votre énergie
Pour que nous puissions réaliser rapidement nos vœux.


Hommage au Bouddha Amitabha.
Hommage au Bouddha Vairocana.
Hommage au Bouddha Shakyamuni.



(Fin du chant.)


Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha à la lumière illimitée
Qui éclaire majestueusement les milliers de mondes.
Aujourd’hui, nous avons la chance
D’entendre votre appel merveilleux, cher Père compatissant.


Chant des louanges au Bouddha Amitabha : 'Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha à la lumière illimitée, qui éclaire majestueusement les milliers de monde' C'est l'offre d'un bodhisattva. Sans soleil, pourrait-il y avoir des êtres ? La vie pourrait-elle continuer, les arbres pourraient-ils pousser ? Donc cette offre est une des vertus, des qualités, d'un bodhisattva. La Terre est pareille que le soleil. Nous n'avons aucune difficulté à reconnaître le soleil comme un bodhisattva ou un Bouddha. 'Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha à la lumière illimitée, qui éclaire majestueusement les milliers de monde. Aujourd'hui, nous avons la chance d'entendre votre appel merveilleux, cher père compatissant.' Nous voyons le soleil comme de l'hydrogène et de l'hélium, mais le soleil n'est pas seulement ces deux éléments. Il est un vrai Bouddha, parce que sans lui, il n'y aurait pas la Terre, il n'y aurait pas la vie.


Nous nous inclinons devant vous, cher Bouddha, Roi du Nectar du Dharma.
Vous vous manifestez en Grand Soleil éblouissant.
Vous nous montrez le chemin,
A nous, la lignée du Soleil. 


Pour lire tout l'enseignement et connaitre le début et la fin, cliquez ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire