lundi 12 septembre 2016

Conte : L’homme injurieux

Un jour, alors que le Bouddha se trouvait à Rajagaha, au monastère Veluvana, à l’endroit où on nourrit les écureuils, vivait à Rajagaha un Brahmane du clan des Bharadvaja que l’on appela plus tard « l’homme injurieux ». Lorsque cet homme apprit qu’une personne de son clan avait quitté sa famille pour rejoindre la communauté du Bouddha, il fut mécontent et furieux. C’est dans cet état d’esprit qu’il alla voir le Bouddha et, à peine arrivé en sa présence, il l’injuria et l’insulta en l’abreuvant de paroles grossières et dures.

Lorsque le Bouddha put parler à son tour, il demanda à l’homme :

– Dis-moi, Brahmane, t’arrive-t-il de recevoir la visite d’amis, de parents ou d’autres personnes ?
– Oui, maître Gotama, il m’arrive d’avoir des visiteurs.
– Lorsqu’ils viennent, leur offres-tu différentes sortes de mets et des sièges pour se reposer ?
– Oui, cela m’arrive.
– Mais, Brahmane, si tes visiteurs n’acceptent pas tes offrandes, à qui appartiennent-elles ?
– Eh bien, s’ils ne les acceptent pas, ces choses me reviennent.
– Il en va de même ici, Brahmane : tu nous as injuriés, nous qui ne t’avons pas injurié en retour ; tu nous a réprimandés, nous qui ne t’avons pas réprimandé en retour ; tu nous a insultés, nous qui ne t’avons pas insulté en retour. Nous n’acceptons donc pas cela de ta part et, dès lors, toutes ces injures te reviennent, elles t’appartiennent, Brahmane. »

Plus tard, le Bouddha a ajouté :

« D’où peut naître la colère chez celui qui est libre de toute colère,
Qui s’appuie sur la fermeté de son attitude,
Qui s’est maîtrisé, serein, libéré par la plus élevée des révélations ?

« Le pire des deux est celui qui, lorsqu’on l’injurie
Injurie en retour. Celui qui n’injurie pas quand on l’a injurié
Remporte une double victoire.
Il recherche le bien de l’autre et le sien
Car il comprend la colère de l’autre et demeure calme et tranquille.
Celui qui prend soin des deux
– Puisqu’il se guérit lui-même et guérit l’autre aussi –
Est considéré comme stupide par ceux qui ne connaissent pas le Dhamma. »

Samyutta Nikaya, Brahmana Samyutta, No. 2.

Source : Le Dhamma de la Forêt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire