lundi 11 janvier 2016

"Le bouddhisme : au-delà du Bien et du Mal" par Dominique Trotignon

Afficher l'image d'origine

Introduction

Le Mal, "en soi", n'est pas réellement un problème, traité en tant que tel, dans l'enseignement du Bouddha.
Tout d'abord parce que le "Bien", dans le bouddhisme, n'a pas la valeur absolue qu'on lui attribue dans les religions monothéistes. On n'évoque en effet aucune Création divine, parangon du Bien, au sein de laquelle le Mal pourrait être compris comme une opposition radicale et scandaleuse à un tel projet divin.
D'autre part, la distinction établie par le bouddhisme entre deux Réalités (relative et absolue ou, mieux, conditionnée et inconditionnée) nous obligera à considérer deux types de "bien" et, du même coup, deux types de "mal".
S'il existe un "Bien suprême" dans le bouddhisme, il s'agit en effet de l'extinction (nirvâna) de la souffrance (dukkha) ; souffrance caractéristique de l'état conditionné (qui n'est autre que le samsâra, le cycle incessant des naissances et des morts), état conditionné lui-même entretenu par l'Illusion, qui devient du même coup le "Mal suprême".
Il faudra donc considérer deux couples "bien-mal", l'un relatif et en rapport avec l'état conditionné, l'autre opposant l'état conditionné compris comme Mal, à l'état inconditionné compris comme Bien.


Plan du texte

Introduction

I) Le contexte doctrinal
1 - Le récit de la création du monde
2 - La maison et son architecte
3 - Questions de vocabulaire

II) La réalité du bien et du mal
1 - Le "mal" comme souffrance
2 - Le Bien comme "moindre mal"

III) L'illusion du bien et du mal
1 - La conception de la dualité comme "Mal"
2 - Par-delà le Bien et le Mal

Conclusion : Au-delà du Bien et du Mal

Pour lire le texte, cliquez sur le liens ci-dessus.

1 commentaire: