lundi 26 octobre 2015

La Pacification de l’Esprit par Yongey Mingyour Rinpoché

Tout d’abord quelle que soit la tâche que nous accomplissons, qu’elle soit ordinaire ou mondaine, ou liée au Dharma, l’intention est une chose essentielle.

Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que notre esprit joue un rôle important. Il a une énorme puissance. Ce qui cause le bien dans ce monde, c’est l’esprit, et ce qui cause le mal c’est aussi l’esprit. Toutes les difficultés que nous connaissons et toutes les souffrances viennent également de cet esprit. Il en va de même pour la paix et le bonheur dans ce monde. Ainsi, que ce soit le bonheur de ce monde ou la souffrance de ce monde, tout cela ne provient pas de l’extérieur mais de l’intérieur de notre propre esprit.

De la même façon, ce qui décide de ce que nous faisons est en harmonie ou non avec le Dharma (les enseignements du Bouddha), c’est ce qui est à l’intérieur de nous, et c’est ce qu’on peut appeler la " motivation".

[Rinpoché précise qu’au moment de l’écoute du Dharma il n’est pas question de méditer, mais de laisser simplement l’esprit détendu. Il y a donc plusieurs pratiques possibles, mais la pratique essentielle la plus importante est celle de Chiné, la pacification de l’esprit.]

La première chose à faire avant la pratique de Chiné, est de prier les trois joyaux, en visualisant le Bouddha Shakyamouni au dessus de nous, et en faisant le souhait :

" Puissè-je accomplir de manière correcte cette méditation de Chiné ". Puis, dirigez votre esprit vers les autres en pensant que nous allons faire cette pratique, non pas que pour nous-mêmes, mais pour aider tous les êtres.

Le second point est la posture physique. Il y a un lien entre le corps et l’esprit. Si le corps n’est pas dans une disposition favorable, l’esprit lui-même ne le sera pas non plus.

On parle en général de 7 points principaux pour la posture du corps :

En premier lieu, les jambes doivent être dans la position du lotus de préférence et les mains doivent être dans le geste de la méditation. En général que l’on soit un homme ou une femme, on peut mettre la main droite sur la main gauche. Si l’on veut distinguer, la main gauche doit être posée sur la main droite pour une femme, et la main droite doit être posée sur la main gauche pour un homme. En fait, il n’y a pas vraiment de différence ! (Rires).

L’explication de cette distinction est que les femmes représentent l’aspect de la sagesse et les hommes l’aspect des moyens, de la méthode. Comme symbole de cette disposition naturelle, la sagesse est représentée par la main gauche et les moyens par la main droite. Ainsi donc, en fonction du méditant, les femmes mettent la main gauche, qui représente la sagesse, au dessus de la main droite, et les hommes mettent la main droite, qui représente les moyens, au dessus de la main gauche.


Le troisième point est la nécessité de garder la colonne vertébrale droite. Pourquoi cela ?

Dans le corps, se trouve des canaux ou des veines subtils. Si le corps n’est pas dans une position droite, ces veines sont en quelque sorte courbées, et l’esprit n’est pas à l’aise.

Il ne faut pas exagérer comme redresser son dos à tel point qu’il penche de l’autre côté.

(Rinpoché mime cette position inconfortable. Rires).

Le quatrième point est de rentrer légèrement le menton et ne pas balancer la tête à droite ou à gauche.

Le cinquième point est que les épaules doivent être dégagées, il doit y avoir un espace entre le buste et les bras.

Le sixième point est de garder la bouche légèrement ouverte. Elle doit être ni ouverte ni fermée, juste légèrement ouverte.

Le septième point est de garder les yeux ouverts et de poser son regard naturellement dans l’espace, en face de soi. Au début il est parfois utile de fermer les yeux, mais à long terme, il est préférable de les garder ouverts et de les poser naturellement ouverts devant soi.

Si l’on trouve difficile de garder les mains dans la position de la méditation, on peut les mettre sur les genoux.

C’étaient les points concernant la posture physique. Si l’on peut pratiquer par séance de méditation, comme un quart d’heure, une demi-heure, c’est bien. Mais d’une manière générale on peut pratiquer la méditation n’importe quand.

Maintenant, en ce qui concerne l’esprit, il faut que l’on se rende compte que nous avons à l’intérieur de nous des pensées liées aux émotions négatives. Elles se comportent un peu comme les perles d’un rosaire. Une perle appelle une autre perle, puis celle-ci appelle une autre, et cela sans fin. Elles se suivent les unes les autres sans interruption. Cette chaîne de pensées existe depuis que le samsara sans commencement existe. On a beau suivre ses pensées autant que l’on veut, elles ne nous conduisent jamais à la paix et au bonheur.

On peut dire que le fait de tourner continuellement dans le samsara est dû uniquement aux pensées.

On peut les diviser en trois :


Pour lire la suite, cliquez ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire