jeudi 20 mars 2014

"Rien ne mérite que l'on s'y attache" par Upasika Kee Nanayon

Il est très bénéfique pour nous d’avoir pratiqué le Dhamma en nous observant étape par étape et d’avoir ainsi été amenés, jusqu’à un certain point, à prendre conscience de la vérité. En effet, chacun doit trouver la vérité en soi : la vérité de l’insatisfaction ou de la souffrance, sa cause et la voie qui mène à sa dissolution. Si nous n’avons pas conscience de cela, nous tombons dans la même souffrance que le reste du monde. Nous sommes venus vivre dans un centre où l’on pratique le Dhamma mais, si nous ne connaissons pas ces vérités, nous n’en retirons aucun bienfait. La seule différence avec une vie à la maison, c’est que nous observons les préceptes. Si nous ne voulons pas nous fourvoyer dans notre pratique, nous devons absolument connaître ces vérités. Sinon, nous nous fourvoyons en cherchant du plaisir au milieu des insatisfactions et des souffrances que nous offre le monde.

Notre pratique consiste à contempler notre paysage intérieur jusqu’à comprendre la souffrance et sa cause – en d’autres termes, prendre conscience des poisons intérieurs dont la virulence peut influencer notre cœur et notre esprit. C’est seulement parce que nous avons cette pratique que nous pouvons dissoudre ces poisons, que nous pouvons dissoudre la souffrance chaque jour et à tout moment. C’est tout à fait extraordinaire. Ceux qui ne pratiquent pas ne peuvent pas l’imaginer alors même qu’ils vivent prisonniers de toutes sortes de poisons mentaux et d’insatisfaction. Ils se laissent mener par le bout du nez vers de plus en plus de souffrance sans jamais réaliser ce qui leur arrive. Si nous n’entrons pas en contact avec le Dhamma, si nous ne le pratiquons pas, nous passons par la naissance et par la mort uniquement pour créer du karma entre nous et pour continuer à tourner dans une ronde de souffrance et d’insatisfaction.

Nous devons méditer jusqu’à vraiment voir l’insatisfaction. C’est alors que nous cesserons de nous y complaire et que nous essaierons de la dissoudre ou de nous en libérer. Quand on pratique, il s’agit donc de se battre pour remporter la victoire sur l’insatisfaction et la souffrance en obtenant des résultats toujours meilleurs d’une fois sur l’autre. Quelles que soient les erreurs que nous commettons ou la manière dont nous les commettons, nous devons essayer de ne pas les refaire. Nous devons également prendre conscience du mal et de la souffrance causés par les poisons intérieurs les plus subtils, les désirs et les attachements. Voilà pourquoi nous devons plonger au plus profond de notre cœur car, si nous en restons au niveau superficiel du vide de l’esprit, nous n’obtiendrons absolument aucune connaissance profonde.


Pour lire la suite, cliquez-ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire