lundi 2 décembre 2013

"Questions et réponses avec Ajahn Chah" par Jack Kornfield

Voici quelques extraits.
Pour avoir l'exhaustivité, cliquez ici.

Source : http://dhammasukha.free.fr

*********************************************************************************************************
Q: J'ai toujours énormément de pensées. Mon esprit erre beaucoup malgré tous mes efforts pour être attentif.

R: Ne t'inquiète pas pour cela. Essaye de garder ton esprit dans le présent. Quelle que soit la nature de ce qui surgit dans ton esprit, contente-toi de l'observer. Lâche-le. Ne nourris même pas le désir de te débarrasser des pensées. De cette façon, l'esprit atteindra son état naturel. Il n'y aura alors plus de distinction entre bon et mauvais, chaud et froid, rapide et lent. Plus de moi et toi - plus de moi du tout. Uniquement ce qu'il y a au moment présent. Lorsque tu quêtes ta nourriture, tu n'as pas besoin de faire quoi que ce soit de spécial. Contente-toi de marcher et de voir ce qui se présente à toi. Ne t'attache ni à l'isolement ni à la solitude. Où que tu sois, connais-toi toi-même en étant naturel et en observant. Si des doutes surgissent, regarde-les venir et disparaître. C'est très simple. Ne t'attache à rien.

C'est comme si tu descendais une route, te heurtant à toutes sortes d'obstacles. Si tu rencontres des impuretés de l'esprit, contente-toi de les voir et surmonte-les en les lâchant. Ne pense pas aux obstacles que tu as déjà croisés. Et ne t'inquiète pas au sujet de ceux que tu n'as pas encore vus. Reste dans le présent. Ne te fais pas de souci au sujet de la longueur de la route ou de la destination. Tout change constamment. Quelle que soit la nature de ce que tu rencontres, ne t'y attache pas. L'esprit finira par atteindre son équilibre naturel où la pratique s'effectue automatiquement. Toutes les choses naîtront et disparaîtront d'elles-mêmes.


Q: Vous avez dit que samatha et vipassana - la concentration et la vision intérieure - sont la même chose. Pouvez-vous expliquer cela plus en détail?

R: C'est assez simple. La concentration (samatha) et la sagesse (vipassana) se complètent réciproquement. D'abord l'esprit devient calme en se concentrant sur un objet de méditation. Cette tranquillité de l'esprit ne dure que le temps de la position assise, les yeux fermés. C'est ce qu'on appelle samatha. Or, un jour ou l'autre, cet état de samadhi finit par entraîner l'apparition de la sagesse ou vipassana. A partir de ce moment-là, l'esprit est calme que tu sois assis les yeux fermés ou que tu te promènes dans une ville grouillante d'activité. Pense par exemple au fait qu'autrefois tu étais un enfant alors que, maintenant, tu es un adulte. L'enfant et l'adulte sont-ils la même personne? Tu pourrais dire qu'ils le sont ou, selon un autre point de vue, tu pourrais dire qu'ils sont différents. De la même façon, samatha et vipassana peuvent être considérés comme étant séparés l'un de l'autre. Ou pense au rapport qui existe entre la nourriture et les fèces; on pourrait dire qu'elles sont la même chose, tout comme on pourrait dire qu'elles sont différentes. Ne te contente pas de croire ce que je dis, accomplis ta pratique et vois toi-même. Il ne faut rien de spécial pour cela. Si tu examines comment la concentration et la sagesse apparaissent, tu connaîtras la vérité toi-même. De nos jours, beaucoup de gens se raccrochent aux mots. Ils disent qu'ils pratiquent vipassana, méprisant samatha. Ou, au contraire, ils disent qu'ils pratiquent samatha, disant qu'il est indispensable de pratiquer samatha avant. Tout cela est stupide. Ce n'est pas la peine d'y penser de cette façon. Pratique simplement et tu verras toi-même.


Q: Est-il nécessaire, dans notre pratique, d'être capable de parvenir à un état d'absorption?

R: Non, l'absorption n'est pas nécessaire. Tu dois créer un minimum de tranquillité de l'esprit et de concentration sur un point. Une fois cet état atteint, tu t'en sers pour t'examiner soi-même. Tu n'as besoin de rien de spécial. Si l'absorption est réalisée durant la pratique, il n'y a évidemment rien à redire à cela, mais il importe de ne pas s'y raccrocher. Or, certaines personnes en font tout un complexe. Cela peut être très amusant de jouer avec l'absorption, à condition d'en connaître les limites. Si tu es sage, tu reconnaîtras certainement les possibilités et les limites de l'absorption, tout comme tu vois les limites des enfants par rapport aux adultes.


Q: Comment pouvons-nous surmonter la concupiscence dans notre pratique? Quelquefois, je me sens comme si j'étais l'esclave de mon désir sexuel.

R: Le désir charnel doit être contrebalancé par la contemplation du caractère répugnant du corps. L'attachement à la forme corporelle est l'un des deux extrêmes et il importe de ne jamais oublier l'extrême opposé. Examine le corps en tant que cadavre et imagine le processus de la putréfaction ou pense aux différentes parties du corps, comme les poumons, la rate, la graisse, les fèces et ainsi de suite. Souviens-toi de ces différentes parties et rappelle-toi ces aspects répugnants lorsque surgit le désir charnel. Cela te délivrera de la concupiscence.


Q: Qu'en est-il de la colère? Que dois-je faire quand je sens que je suis sur le point de me mettre en colère?

R: Tu dois te servir de l'amour bienveillant. Si, pendant la méditation, un sentiment de colère s'empare de ton esprit, compense-le en développant des sentiments d'amour bienveillant. Si quelqu'un a un mauvais comportement ou se met en colère, ne te mets pas en colère toi aussi. Si tu le fais, tu es plus ignorant que lui. Sois sage. Aie de la compassion, car la personne en question est en train de souffrir. Emplis ton esprit d'amour bienveillant plein d'amour comme s'il s'agissait de ton propre frère. Prends le sentiment d'amour bienveillant comme objet de méditation. Etends-le à tous les êtres de ce monde. L'amour bienveillant est seul capable de vaincre la haine.
Si tu vois d'autres moines qui se comportent mal et que cela te contrarie, tu t'infliges une souffrance inutile. Ce n'est pas là notre Dhamma. Peut-être penses-tu ainsi: "Il n'est pas aussi strict que moi. Ce ne sont pas des méditants sérieux comme nous. Ces moines ne sont pas de bons moines". Tu commets là une grande impureté. Ne fais pas de comparaisons. N'établis aucune distinction. Lâche tes opinions, observe-les et observe-toi toi-même. C'est cela, notre Dhamma. Il t'est absolument impossible de faire en sorte que les autres agissent comme tu le désires ou qu'ils soient comme toi. Ce désir aura pour seul effet de te faire souffrir. C'est une erreur fréquemment commise par les méditants que d'observer les autres et cela ne fait qu'empêcher le développement de la sagesse. Contente-toi de t'examiner toi-même, d'examiner tes sentiments. C'est ainsi que tu finiras par comprendre
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire