mardi 24 décembre 2013

Échanges et partages autour d’un passage de l’Évangile selon St-Luc : "Gardez vos lampes allumées"

Lors d'une sépulture, en écoutant ce texte, j'ai été surprise car j'avais l'impression d'entendre la parole du Bouddha Shakyamuni. 
Je vous livre ici, en toute humilité, une interprétation de cette parabole, avec la participation pleine de gentillesse de Frère FabkhiIl ne s'agit évidemment pas de prétendre faire se rencontrer ces deux religions à travers cette interprétation, c'est juste un ressenti intuitif qui ne peut pas traduire l'immensité et la profondeur de ces deux visions de l'Ultime.
Ce projet a été soumis à une amie théologienne, dont les commentaires m'ont aussi beaucoup touchée. 

En cette veille de Noël, c'est avec joie que nous vous partageons cet échange bouddhiste - chrétien que nous dédions à la mémoire de Chantal T.





Gardez vos lampes allumées (Évangile de Jésus -Christ, selon St Luc -12,33-41)

(1) Ce jour-là, Jésus dit à ses amis :
"Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour
votre Seigneur va venir.

(2) Restez en tenue de travail, 
Gardez vos lampes allumées.

(3) Soyez comme des gens
Qui attendent leur maître
A son retour de noces
Afin de lui ouvrir dès qu'il frappera ...



(4) Je vous le dis, ajoute Jésus,
Heureux ces serviteurs
Que le maître trouvera
En train de faire leur travail.

(5) Le maître prendra lui-même la tenue de travail
Et se mettra à les servir ...

(6) Vous aussi, tenez-vous prêts,
Car c'est à l'heure que vous ignorez
Que le Fils de l'Homme viendra vous chercher.

(7) Vendez ce que vous possédez,
Donnez-le aux pauvres,
Faites-vous un trésor dans les cieux.
Là où est votre trésor,
Là aussi sera votre coeur !"


Interprétation en termes bouddhistes

Gardez votre conscience pleinement éveillée

(1) Soyez donc en Pleine conscience, vigilants, attentifs, méditez, revenez à vous-même dans le moment présent  car vous ne savez pas quel jour l'Eveil ou état de Bouddha (votre lumière intérieure, l'Eveil de votre conscience et de votre coeur) se produira.

(2) Maintenez votre diligence dans votre pratique quotidienne de l'attention à l'instant présent (la Pleine conscience), établissez-vous dans la concentration parfaite pour générer le regard profond (la compréhension : indissociable de l'amour véritable).

(3) Soyez humble, patient, persévérant, pratiquez sans relâche jusqu'à la Libération de tous les voiles et afflictions (ignorance - confusion, désir-attachement-avidité, aversion-haine-colère), jusqu'à l'Eveil parfait et complet, qui a toujours été là et qui ne demande qu'à être retrouvé. C'est à vous d'ouvrir vos portes intérieures, auxquelles l'Eveil frappe depuis des temps sans commencement. Mais étant happés par les mirages du samsara, vous ne l'entendez pas. Par la pratique de la Pleine Conscience, de la concentration et de la vision profonde, vous pourrez ouvrir votre coeur et votre esprit à l'Eveil qui rayonnera alors en vous pour le bien de tous les êtres.

(4) Heureux ceux qui pratiquent la Pleine Conscience, la joie et le bonheur (piti-sukha) inconditionnés les attendent. L'esprit sain de l'Eveil (compassion et compréhension sans limite) habitera et comblera ces nobles êtres.

(5) Avec la réalisation du lâcher-prise (upekkha), toute distinction dualiste disparaît : servir l’autre équivaut à servir soi-même et vice-versa. L’Eveil : sagesse et bonté-aimante, se met au service de la Vie au quotidien quelle que soit la forme dans laquelle elle se manifeste.

(6) La mort peut advenir à tout moment, aussi vivez pleinement chaque instant (éthique, pleine conscience - méditation, vision profonde) conscient de l'impermanence, ne laissez pas vos jours s'écouler dans l'inutilité (extrait du poème sur l'impermanence dans "les chants du coeur".)

(7) Libérez vous de vos attachements, pratiquer les six perfections, comme la générosité, le don. Quittez les dharmas mondains pour rejoindre la Vie ; laissez derrière vous les préoccupations futiles, les soucis inutiles et superficiels pour vous pencher sur les choses de la vie et aimer tout ce qui se présente dans le moment présent. Suivez la noble voie (l’octuple sentier) ; développez les 4 esprits illimités (Brahma vihara).
En développant ces qualités du coeur et de l'esprit, vous accumulez un trésor qui vous rapproche de l'Eveil. Ce trésor n'est pas ailleurs que dans votre coeur-esprit, c'est la porte de la cessation de la souffrance (nirvana) et la source pure de la bonté-aimante inconditionnelle et de la compréhension de la vérité ultime.


Commentaire (sur le texte d'origine) de Christiane : une chrétienne de coeur

Gardez vos lampes allumées *

(1) Vous ne savez pas quand le Seigneur va venir ; vous ne savez pas quand il va venir en vous ; son Amour infini et sa lumière peut venir en vous si vous vous faites réceptacle de cet amour. Et vous en serez « bouleversé, troublé », de découvrir sa présence d’Amour en vous. Il se révèle aussi par l’intermédiaire de d’autres humains, dans la rencontre, l’Esprit fait signe si on sait ouvrir son cœur ( ou sa conscience) à cela.
Par ailleurs, il est aussi annoncé dans les textes qu’un jour, à la « fin des temps le Seigneur viendra » et nous ne savons pas quand mais l’essentiel est de vivre de son amour avec nos frères en humanité.

(2) « Restez en tenue de travail » fait référence à la notion et l’appel au service du frère, c'est-à-dire vivre l’Amour du frère, même vis-à-vis de son ennemi, vivre dans tous les actes quotidiens l’amour. 
Un grand texte du « jeudi Saint » raconte comment le Christ s’est mis symboliquement à genoux pour laver les pieds de ses disciples. Or, dans la culture de l’époque, un maître ne s’abaissait pas à laver les pieds de ses disciples. Jésus a montré par cet événement combien il est fondamental de vivre les uns pour les autres, de vivre en service les uns pour les autres. La tenue de travail, c’est la tenue de service, c’est l’habit de l’Amour pour l’autre. La lampe allumée, c’est à mon avis, l’amour de Dieu en nous qui entretenu (conscience, méditation, ouverture à la prière et à la présence divine en soi comme présence et nourriture) nous aide à garder le cap d’un Amour nourri et vécu de l’Amour de Dieu pour nous qui s'épanouit et dans notre relation aux autres.

(3) Ce passage a quelque chose qui peut expliquer le choix de ce texte pour des obsèques. Car il peut s’apparenter à l’arrêt de la vie terrestre et à la traversée, au passage de la mort à la Vie (autre), que des humains chrétiens, s’imaginent, dans leur foi. Ce passage qui doit les amener, selon leur foi et les textes, à la rencontre du Christ : être infini, Amour et lumière, à la fois présent dans les cœurs qui veulent bien lui faire place sur terre et présent éternellement avec eux ensuite, après la mort. Attendre quelqu’un comme un maître à son retour de noces, c’est attendre le meilleur Être qui soit et être prêt à bien l’accueillir quand il frappera, se proposera de venir à ta rencontre.

(4) Ceux qui auront vécu selon ces commandements, c'est-à-dire de vivre l’amour et le service du frère, sans jamais changer de ligne, ceux là auront répondu à l’Amour de Dieu et des hommes et n’en seront que heureux. (A l’expérience, c’est vrai la pratique de l’Amour, de la fraternité, du dialogue et de la considération de l’autre comme son égal, comme aussi une part de divin, donne joie et bonheur et transforme notre être).

(5) Dans ce paragraphe, c’est à mon avis la même référence que j’ai citée plus haut à propos du jeudi Saint. Le Christ montre que même le maître est au service des hommes. 
Il l’a tellement été au travers de la vie du Fils de Dieu Jésus, qu’il a accepté d’épouser la condition humaine et de mourir pour ensuite montrer que la résurrection était possible, que l’espérance était déjà là si on vit de l’Amour, et l’espérance était éternelle car le Dieu qui nous invite est lui aussi éternellement « avec chacun de nous » sur terre et dans notre autre vie après la mort.
Ce message que le Christ à transmise à cette occasion ( lavement des pieds de ses disciples au soir du JEUDI SAINT) est d’ailleurs révolutionnaire car la notion de « Roi » devient alors la notion de « serviteur », serviteur du peuple. C’est d’ailleurs le sens noble de la politique ; mettre tout en œuvre pour que la manière de gérer la cité permette à tous les habitants de trouver leur place, d’épanouir leur être. Faire en sorte que tous vivent en homme digne et « debout » et aient accès au bien commun équitablement.


(6) Ce passage évoque tout simplement le fait que nous ne connaissons pas l’heure de notre propre mort. Pas plus que nous ne savons quand le Seigneur reviendra sur terre (même s’il est déjà là dans les cœurs . Le fils de l’Homme (Homme avec un grand « H ») signifie Dieu. Car Dieu a choisi de venir « épouser la condition humaine » en venant s’incarner dans la personne de JESUS. Il est question dans d’autres textes du « jugement dernier ». Personne ne sait quand et comment mais c’est pas grave, c’est une question de CONFIANCE. 

(7) J’adhère à votre interprétation là-dessus. Vivre désencombré de tout ce qui est futile, pas d’attachement matériel…Le trésor de la VIE est dans la vie de cœur et du cœur, la vie donnée, pleine d’Amour… 
Ce texte de St-Luc est un magnifique texte qui appelle à la CONFIANCE en Dieu et à la vie de service et d’Amour, amour pour Dieu (prière, méditation…) et Amour du frère en humanité (réciprocité, solidarité ...).
Il invite au dépouillement. Il invite à garder « sa lampe allumée » ; garder et veiller pour entretenir notre vie dans l’Amour et la lumière, être vigilant pour ne pas tomber dans l’oubli de ces préceptes, l’oubli de Dieu, l’oubli des autres. L’image est intéressante car si on s’imagine un instant sans lampe allumée, on n’y voit plus rien, nous sommes alors dans le noir et les ténèbres…
Tous ces textes des évangiles comportent beaucoup de paraboles justement pour que les messages qu’elles contiennent ne soient pas trop intellectuels mais compréhensibles par tous. La « lampe allumée » et la « tenue de service » en font partie même si là ce n’est pas vraiment une parabole mais des images et des symboles pour mieux comprendre.
Et au-delà la question de la « venue du Seigneur » reste mystérieuse mais elle invite à la CONFIANCE et à l’accueil de ce qui arrive et de ce qui arrivera (vous ne savez ni l’heure, ni le jour…) Elle invite à la confiance et à la DEMAÎTRISE. De toutes façons, si vous vivez l’Amour, le Seigneur sera là et sera avec vous, ne craignez pas de l’heure…


* La lumière a évidemment une grande importance dans la religion chrétienne, c’est elle qui symbolise la résurrection, le retour à la Vie. C’est d’ailleurs entre autre pour ça, que NOËL é été choisi d’être célébré juste dans les temps du recommencement du rallongement des jours (après la Sainte LUCE (Lumière) les jours rallongent !) 



Pour illustrer musicalement cet enseignement chrétien, Christiane vous offre ce chant 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire